Crash

ATELIERS

plus d’info page facebook de la Zinnode Crash

- THÉÂTRE DE RUE - ÉCHASSES
par Pierre Nauche
dimanche après-midi de 14:00 -> 16:00
Lieu : La poissonerie - rue du Progrès 214 - 1030 Schaerbeek
Contact : Pierre Nauche : 0494 98 64 68

- DANSE AFRO-CONTEMPORAINE
par Vanessa Torrekens
vendredi soir de 19:40 -> 21:30 de janvier à mai
Lieu : World Class Fitness - Clos du parnasse 10 - 1050 Ixelles
Contact : Vanessa Torrekes : 0489 36 17 17

- BIG BAND À PIED
musique avec la Nouvelle Flibuste, Michel Kazungu
mardi soir 18:00 -> 20:00 de janvier à mai
Local de répète de le Flibuste : rue Royal 290 - 1210 Bruxelles
Contact : Michel Kazungu : 0496 89 13 33

- RARA MUSIQUE/VAKSIN
aérophones inspirés du Rara haïtien par Michel Kazungu
Workshop final la dernière semaine avec le groupe haïtien Follow Jah
mardi soir de 17:30 -> 19:30 de janvier à mai
Contact : Michel Kazungu : 0496 89 13 33

- SCÉNOGRAPHIE VOLANTE
par Françoise De Smet
séances ponctuelles en accord avec les autres ateliers et les bénévoles
Lieu : Masui / centre de production Zinneke - Place Masui 13 - 1000 Bruxelles
Contact : Françoise De Smet : 0496 80 39 68

Contact général :
Françoise De Smet : 0496 80 39 68 par mail
Michel Kazungu : 0496 89 13 33 par mail

Crash Zinneke 2016/15 from Zinneke on Vimeo.

Répetition - Repetitie Zinnode Crash 10-04-16 from Zinneke on Vimeo.

COORDINATION ARTISTIQUE

MICHEL KAZUNGU
Michel Kazungu. Arrangeur, compositeur, multi-instrumentiste autodidacte et, occasionnellement, luthier sauvage. Directeur artistique du Big Band à Pied La Nouvelle Flibuste. Participe à la Zinneke Parade depuis 2000 comme artiste d’atelier ou, depuis 2010, coordinateur

FRANCOISE DE SMET
Scénographie. Plasticienne, formation supérieure Arts Monumentaux, section Peinture à St Lucas, Gand. Formations supplémentaires en céramique, couture et musique. Deuxième trompette à la Nouvelle Flibuste. Participation à la Zinneke Parade dès la première édition, les 4 dernières éditions en tant que coordinatrice et responsable d’atelier.

- Photographe : Michel Van Reysen : Esdanitoff

EQUIPE ARTISTIQUE

Pierre Nauche, Vanessa Torrekens

PARTENAIRES

- big band à pied La Nouvelle Flibuste
La Nouvelle Flibuste : Musique, Saint Josse Big Band à Pied, orchestre pratiquant (le plus souvent dans la rue) une musique originale inspirée de l’héritage culturel afro-américain ou afro-caraïbe. Public : trans-générationnel, principalement issu de la classe moyenne intellectuelle paupérisée.

- Athénée Royale Gatti de Gamond
Athénée Royal Gatti de Gamond : Scolaire, Bruxelles centre Participation à la Zinneke Parade dans le cadre d’un Travail de Fin d’Etude, ateliers extra-scolaires. Présentation supplémentaire du projet au sein de l’école. Public : élèves de sixième secondaire

- compagnie de théâtre Bagalam
Compagnie Bagalam : Théâtre, Performances, Jette + Molenbeek Création théâtrale, radiophonique, vidéo Amateurs désireux de se perfectionner, tous publics

- centre de fitness World Class Fitness
World Class Fitness : Sportif, Clos du Parnasse, Ixelles Vanessa Torrekens donne dans ce Centre de Fitness (entre autres) les cours de danse afro-contemporaine, pour la préparation de la Parade une salle de danse est mise à disposition de la zinnode 1 x par semaine. Public sportif ouvert à l’artistique, 25 - 50 ans les cours sont donnés en Anglais et Français

- groupe musical haïtienRara Follow Jah
Follow Jah, groupe musical haïtien (Rara) Basé à Port Au Prince Le Rara est une musique populaire/traditionnelle dont les musiciens sont ancrés dans le Vaudou et souvent issus de milieux sociaux défavorisés (pauvres ?). Follow Jah a pour but de diffuser cette musique, la conserver et la promouvoir, aussi bien en Haiti qu’ailleurs. Grace au soutien de leur manageur Pascale Jaunay et le festival de Jazz à Port au Prince des échanges avec des musiciens de Jazz ont permis aux musiciens d’ouvrir leur monde.

OBJECTIFS

Genèse : Suite au succès de la Zinnode lors de l’édition 2014 de la Parade, l’équipe artistique, encouragée par l’équipe zinneke, a voulu explorer le thème au travers de nouvelles pistes. L’Athénée Royal Gatti de Gamond, toujours désireux de relever le défi de la parade, a été demandeur pour reconduire le partenariat précédent. En février 2015 La Nouvelle Flibuste participe au carnaval de Jacmel, Haïti. Au cours de ce voyage, les musiciens ont l’occasion d’étudier de près une des origines de leur musique, le Rara Haïtien dont le groupe Follow Jah est un des ambassadeurs et des échanges musicaux se font lors d’un concert des 2 groupes à Port Au Prince. Follow Jah prévoit une série de concerts en Europe au printemps 2016 et espère renouveler les échanges avec la Nouvelle Flibuste et participer à la Zinneke Parade.

Influence sur le projet : Follow Jah sera plus que probablement en tournée européenne en mai 2016. il y a une volonté commune de les insérer dans le partenariat le plus tôt possible, mais le financement de leur tournée n’est pas encore totalement acquis quoi qu’il en soit, l’influence de la culture qu’ils portent est déjà incontournable suite aux échanges développés lors du passage de la Nouvelle Flibuste en Haïti (échanges avec l’univers du rara en général et pas seulement avec ce groupe particulier). Le projet sera donc construit pour intégrer Follow Jah comme partenaire si leur présence se concrétise ou pour fonctionner malgré tout en intégrant la dimension rara (par exemple au niveau de l’instrumentation) dans le cas contraire.

Objectifs communs : L’un des objectifs est social : mixer des publics très variés, venants de milieux sociaux très différents, en créant ensemble un spectacle valorisant. Les retours des éditions précédentes nous ont appris que les participants ont été touchés par le croisement des générations et l’émancipation qui résulte de l’appropriation d’un rôle, d’une place, au sein d’un spectacle. Cette fois encore, nous souhaitons faire migrer les gens hors de leur niche et explorer l’univers lointain de leurs camarades, grâce à l’initiation à des pratiques artistiques et la rencontre de talents variés. Pour permettre ce processus, chaque artiste crée son cadre “technique”, des outils donnés aux participants avec lesquels la création peut se faire. L’accent sera donné sur la qualité du spectacle, chacun des artistes cherche à mettre les participants en valeur. La présence du groupe haïtien Follow Jah nous donnerait une chance exceptionnelle, tant sur le plan de la mixité, qu’au niveau de la richesse du matériau artistique. Si ce groupe est le représentant d’une pratique culturelle qui est l’apanage d’une classe située tout en bas de la pyramide sociale, qui plus est, dans un pays du tiers monde, il a eu l’occasion d’élargir considérablement son horizon lors de rencontres précédentes, par exemple, lors du festival de jazz de Port-au Prince. Le désir de rencontre et d’interaction est donc dans ce cas entièrement partagé. La pratique d’un art comme celui du Rara met en jeu des savoirs et des méthodologies transmises par la tradition aboutissant à un modèle existant et éprouvé de ce que le concept de création participative tente justement, par d’autres moyens, de mettre en place. Un deuxième objectif est entièrement d’ordre artistique : cette collaboration entre musiciens, danseurs, plasticiens et comédiens permet à chacun de dépasser les limites de son domaine, de théâtraliser la musique et la danse, de structurer le temps théâtral par la musique et de construire les chorégraphies sur un substrat musical original. Pour conclure, ce projet cherche à favoriser la coopération, l’autonomie, la citoyenneté, l’ouverture aux autres et l’émancipation sociale ; des valeurs qui nous semblent d’importants outils dans la vie de tous les Bruxellois.

PROJET ARTISTIQUE

Le concept artistique utilise comme prétexte l’imagerie du vocabulaire boursier (Bull, Bear, Dead Cat Bounce) pour mettre en scène une dialectique de l’ordre (instable) et du chaos. Nous aurons donc des taureaux (symbole de la hausse des cours) courant vers l’abîme, des Ours (symbolisant la baisse) tombant des balcons (éventuellement avec des parachutes dorés), des Requins (de la finance) mordant les uns et les autres et des chorus girls dansant le Dead Cat Bounce (rebond des cours boursiers avant l’écroulement final). Les références à la crise de 1929 permettent d’inscrire dans la continuité des échanges artistiques largement ébauchés au sein de l’équipe lors d’éditions précédentes (univers “jazzy”). En parallèle avec ce souci de continuité, la présence (même hypothétique) du nouveau partenaire haïtien, porteur d’une culture traditionnelle forte impose de nouveaux défis et une nouvelle ouverture, même si, en définitive, ce choix de partenariat résulte aussi de la reconnaissance de valeurs culturelles communes. Si ces deux univers semblent à première vue extrêmement différents - d’une part, le jazz de big band des années 30, inscrit dans une période historique (et hystérique) donnée, d’autre part, une culture contemporaine mais ancrée dans une tradition qui remonte à l’époque de la traite, ils constituent deux dimensions d’un même territoire culturel, deux manières de survivre dans un monde en cours d’écroulement et aussi, deux systèmes d’organisation de la création sur un mode, certes participatif, mais structuré à l’extrême

haut de page
Avec le soutien de | Spip | Se connecter | espace zinnodes