Ethymologie "Crier aux loups"

Aujourd’hui, cette expression désigne le fait d’exagérer un danger ou d’avertir quelqu’un d’une menace inexistante. Elle sous-entend aussi qu’à force de donner de fausses alertes, le jour où un réel danger survient, personne n’y croit et ne vient en aide au « crieur ». Cette expression est très ancienne et trouve d’abord son sens dans le fait que les loups sont associés au danger. Crier au loup c’est, au sens littéral, avertir d’un danger. L’expression apparaît pourtant sous la plume d’Esope plusieurs siècles avant J-C, dans une fable intitulée Le garçon qui criait au loup.

Cette histoire est celle d’un jeune berger qui, parce qu’il s’ennuie, s’amuse à crier au loup. Les villageois accourent à sa rescousse mais le danger est bel et bien inexistant. La situation se répète et, chaque fois, aucun loup à l’horizon. Un jour en revanche, alors que le jeune garçon garde son troupeau, un loup apparaît. Paniqué, le berger appelle au secours. Mais personne ne vient, croyant à une nouvelle mauvaise plaisanterie, et le loup dévore le garçon ainsi que son troupeau.

Lire
Facebook Vimeo © zinneke 2020