Phase de création

Laurent Taquin

Conseiller musical

lundi 16 novembre 2009

Videos à voir et à entendre ! 1 2 3 4 5 6 7

- Nouveautés Drum
- Autres videos Inspiration
- Encore plus de videos Bricophoniste
- Comment construire une Bouteille sonore ?

Contacter Laurent ? : Laurent@zinneke.org

De sentiers de randonnée en chemins de traverse, l’itinéraire musical du musicien et bricophoniste Laurent Taquin est un laisser-passer pour la poésie et l’imagination.
(plus de détails sur le parcours de Laurent Taquin dans les documents joints)

Note d’intention pour l’accompagnement des Zinnodes

Pour que la musique soit vraiment un acteur à part entière dans la Zinnode et éviter les collages entre les différents groupes musicaux en créant un réel échange entre eux.

Aborder la musique / l’espace sonore de la Zinnode et l’intégrer intiment dans ce que l’on veut raconter en entreprenant ainsi une réelle démarche musicale, sonore à l’entame des développements artistiques des Zinnodes.

Sortir des clichés musicaux sans vouloir les renier à priori mais en essayant de les aborder dans une autre démarche pour vraiment servir la dramaturgie de la zinnode. Cela demande une autre écoute et dans le même temps d’acquérir une acuité musicale de toutes les inspirations.
Rien n’empêche, pour un atelier avec une discipline musicale déjà définie, d’imaginer les rythmes liés à l’instrument ou la discipline d’atelier sur d’autres instruments ou objets, avec des tempos inhabituels, reprendre des bribes de certains phrasés, etc...
Souvent, « pétarader » semble être un apriori pour parader cependant c’est le contraste qui raconte, le bruissement du vent peut devenir un sifflement tonitruant, le cliquetis du train qui apparaît au loin et qui se rapproche, une grande tablée qui se met à manger et tout d’un coup on entend plus que les couverts qui se choquent et s’entrechoquent.

Le silence est d’or... Intégrer des éléments sonores de toutes natures : des centaines de petits sons qui ensemble émettent une musicalité évocatrice d’images, le froissement de tissus, le roulements de 500 assiettes, le battement en rythme de fouets dans des casseroles, un orchestre d’instruments végétaux, une instrumentation faite d’outils de jardinage, un groupe qui joue en faisant sauter de la semoule,du riz ou encore des pois chiches dans des plats qui résonnent, un concert de verres accordés que l’on frottent ou percutent, un ensemble de bouteilles préalablement accordées dans lesquelles on souffle.

La poésie aura aussi sa place et emmènera le public dans d’autres sphères pour que résonne en lui la convivialité et inspire son imaginaire pour son prochain festin.

Premières réflexions

(Pour accompagner vos recherches sur le son et la musique de votre Zinnode)

« Se dire que tout est possible. »

Aborder la musique, le son par une approche musicale ludique en élaborant des outils de jeu pour que le groupe puisse fonctionner d’une manière organique.

Pour ceux qui aborde la musique d’une façon académique : Proposition : Eclater et étirer la partition, la jouer avec des intentions diverses, donner un sens théâtrale et visuel à la musique, développer les sonorités, prendre les différentes intentions de la dramaturgie et les transposer en musique,...

Démarche : Prendre des bribes d’un morceau connu de tous et de les explorer de différentes manières

Exemple : Gourmandise : comment exprimer cela d’une façon sonore et/ou musicale avec deux mesures d’un morceau connu ? Jouer très léger ? Lourdement ? Rapidement ? D’une manière avide ? Chercher, s’amuser, mélanger...

Sources d’inspiration :

Baudoin De Jaer propose une autre écriture de partition dont voici deux exemples :

John Cage a écrit uniquement avec des couleurs, chacune représente un son, une note ou encore une masse sonore. Les énergies graphiques des taches colorées donnent la sensation de monter, descendre, s’écraser, s’étendre, faire une vrille,... Kandinsky , grand peintre Russe des années 20 a aussi beaucoup peint en étant inspiré par la musique. Une peinture graphique très colorée et équivalente à de magnifiques partitions

Henri Pousseur a écrit 1 partition simple de 68 notes avec une petite mélodie. Tout le monde démarre au tempo donné par le chef d’orchestre et commence par jouer 1, puis 1 2 puis 1 2 3 et comme cela jusqu’à 68 et ensuite dans le sens inverse en suivant la rythmique du morceau, le tempo et en restant le plus concentré possible pour réaliser cet exploit. Si l’on fait une erreur, elle s’intègre dans l’interprétation et il ne faut pas essayer de rattraper les autres, il faut impérativement garder le tempo et la concentration pour conserver son propre mouvement dans un morceau qui devient une cacophonie structurée qui à la fin revient à quelques choses de beaucoup plus calme et où la mélodie est toujours omniprésente.

Les Snuls, Richard Gotainer avec des reprises, des répétitions et des modifications de paroles virant au surréalisme et au « ridicules » sont aussi des terrains d’investigation vers ’un univers décalé.

Ces démarches ne doivent pas être perçue comme une forme rigide, façon musique contemporaine, mais vraiment comme des outils de recherche qui peuvent permettre d’approfondir un univers musical décalé très... Zinneke ! Non peut-être !

A SUIVRE

Plan du site | Avec le soutien de | Spip |