Corpozimut

Prémisses de la dramaturgie Corpozimut

mardi 3 avril 2012

CORPOZIMUT
Les pistes abordées lors des réunions : un axe de travail s’est dessiné au fil des discussions : aborder la question des petits désordres physiques et ce d’une manière légère, drôle et anodine.
L’idée est de travailler avec des notions liées au corps humain suffisamment simples, imagées et accessibles à tous telles que des expressions (mal à la tête, yeux éblouis, cailloux dans le ventre, peine de cœur, grenouilles dans le ventre, fourmis dans une jambe, plante des pieds qui gratte, palais qui chatouille, spasme nerveux en s’endormant, les papillons dans le ventre, les yeux rouges…).
Imaginer comment traduire physiquement ces petits désordres liés à chacun mais qui sont en même temps universels.
Il s’agit d’une manière générale, de souligner une vision positive du désordre et de s’attacher à l’idée que du désordre peut naître des bonnes choses.
Nous nous appuyons pour cela sur la Trimûrti hindou (à savoir trois dieux qui incarnent la Création, le Maintien et la Destruction, laquelle engendre le Renouveau).
Également utiliser l’image des lisières : des zones dans lesquelles les choses et les êtres, se rencontrent, se mélangent et s’associent pour créer de nouvelles choses.
A propos du rythme de la dramaturgie, envisager un système cyclique dans lequel les gens ont le pouvoir de maintenir les choses et de les changer.
Aborder la question des petits désordres physiques d’une manière légère, drôle et anodine.
Travailler avec des notions liées au corps humain suffisamment simples, imagées et accessibles à tous en partant d’expressions comme "Rester bouche bée", "Avoir une cervelle d’oiseau", "Avoir un cheveu sur la langue", "Rire à s’en tenir les côtes", "Avoir des fourmis dans les jambes", etc.
Imaginer comment traduire physiquement, musicalement, vocalement ces petits désordres liés à tous et universels.
Chaque participant ou groupe de travail peut alors composer son personnage à partir de ces expressions et de ses propres ressentis.
Exemples :
Barbe
Parler dans sa barbe : Parler de façon inaudible
Bouche
Bouche cousue ! : Garder le secret
Rester bouche bée : Être surpris, ne pas savoir quoi répliquer
Bras
Avoir les bras morts : Avoir mal aux bras, les bras fatigués
Avoir un bras de fer : Montrer une grande autorité, une volonté inflexible
Cheveux Avoir un cheveu sur la langue : Zézayer Se faire des cheveux blancs : Se faire du souci Couper les cheveux en 4
Cœur
Avoir le cœur gros : Avoir de la peine
Avoir le cœur qui danse la claquette : Avoir des palpitations
Avoir le cœur sur le bord des lèvres : Être prêt à vomir
Avoir mal au cœur : Avoir des nausées, se sentir mal
Corps
Pleurer toutes les larmes de son corps : Pleurer abondamment
Etc. voir :Site : [http://zinnode-saint-gilles-uccle.b...]
Chaque participant ou groupe de travail peut alors composer son personnage à partir de ces expressions et de ses propres ressentis.

Et pour soutenir et aider la création de chaque personnage, tous les participants portent un masque, qu’ils ont eux-mêmes créé pour la plupart."

Plan du site | Avec le soutien de | Spip |