Cogitobus - Imaginarium

Prémisses de la dramaturgie Cogitobus-Imaginarium

lundi 16 avril 2012

Développer l’origami comme costume avec de plus grandes pièces.
Rechercher du contraste par l’utilisation de couleur simple, style net en opposition à la rue et au visuel habituel de la Zinneke.
Utilisation de la couleur si cela a du sens.
Utiliser surfaces en miroir qui créeraient le désordre (sur une porte basculante, ou en l’étirant, quel matériau ?)
Mettre en image :
. la complexité du lien social dans notre société, le lien de l’attachement, le réseau social avec ses difficultés.
. les questions relatives à l’accès au pouvoir ou à la volonté de toujours vouloir plus.
Une structure qui permet plusieurs possibles, plus fonctionnelle, qui permet de mettre en valeur le jeu en reflétant un parcours pas univoque (toujours en changement)…(Les parcours des neurones)
L’impact visuel par des formes simples et graphiques.
La thématique est le désordre : difficulté si utilisation d’un cycle de ordre au désordre que le temps manque aux spectateurs pour percevoir la vision du désordre…
Créer avec la structure un rangement d’accessoires colorés qui s’utilisent dans de mini happening autour de la structure.
Jouer sur le côté explosif/vide.
Le rangement par couleur.
La visibilité du changement entre raide et souple .
  Trouver une forme forte.
Être clair dans le visuel entre ordre et désordre.
Des acteurs qui créent eux même la structure qui porte
Possibilité d’alliance avec le travail de musique avec les notions de rythme et d’accumulation.
L‘idée d’une transformation pour aller à une unification (travail possible en parallèle avec l’habillage sonore), possibilité d’utilisation des échelles comme instruments (rythme avec les barreaux, flute géante…)
L’univers du bureau qui peut devenir un cauchemar ou une envolée vers le rêve Le travail autour du fil (pour l’interprétation possible, et la matière)
L’idée d’un ordre et une explosion pour faire naître le désordre.
La légèreté, et être le plus vivant possible .
La faisabilité, (facile à faire), efficace en rue (réf : le jeu avec des échelles : la compagnie de la Sonnette).
Faire évoluer vers une structure commune .
La surprise que peut provoquer la diversité des matières sur un objet commun. (une échelle en caoutchouc…)
L‘idée que ça puisse bouger tout le temps.
Pour le lien avec la ville : le travail de la multiplication des images peut donner du désordre.
L’impact visuel et la transformation.
En conclusion :
La simplicité et l’impact visuel des échelles.
Favoriser un jeu vivant ou l’ordre et le désordre pourraient alors venir de la chorégraphie et de la mise en scène.

Plan du site | Avec le soutien de | Spip |