Frites Sauce Manioc

Prémisses de la dramaturgie Frites sauce Manioc

lundi 16 avril 2012

“Frites sauce Manioc” ou désordre culturel est une Zinnode inter-quartiers à la recherche d’un métissage entre une communauté vietnamienne, une communauté congolaise et une communauté belge auxquelles se grefferont des personnes d’origines variées suite aux appels à participation publics.
Les différents partenaires sont ainsi des associations et groupes situés à Ixelles, Uccle, Anderlecht et Jette. Ces partenaires sont principalement impliqués dans les domaines de la danse et de la musique.
Nous souhaitons renforcer les liens entre les peuples et leurs cultures à travers le mélange et l’échange des savoir-faire en créant un joyeux désordre culturel par le biais du chant, de la percussion, des arts plastiques, de la scénographie et de la danse congolaise / vietnamienne / contemporaine.
Cette idée de métissage donne le titre à la Zinnode : L’association du Manioc, fort utilisé en Afrique et en Asie, à la symbolique de la frite.
Nos thématiques s’intéressent à la confrontation d’échelles différentes de territoires, de vitesses et de mouvements à travers l’exploration et le dé-codage des musiques et danses traditionnelles de ces trois communautés.
CHOREGRAPHIES : “3 espaces chorégraphiés / 3 temps superposés”
3 temps superposés pour une rencontre déjantée entre tradition et modernité, vitesse et distorsion, musique et corps dansants.
“Frites sauce Manioc” joue sur le sens des réalités et des échelles différentes à partir d’une même chorégraphie pour 3 temps différents où 3 échelles de mouvements se juxtaposent décrivant des personnages désorientés dont les lieux se font et se défont l’un dans l’autre, formant une méditation sur la modernité et le voyage.
Chorégraphie de la distorsion
Vitesse accélérée – échelle : 0,001
Une ère de déplacement à grande vitesse / une géographie raccourcie au temps
Vitesse ralentie – échelle : 100
Un temps suspendu / entre deux actions.
Vitesse standard à l’envers – échelle : 1
Chorégraphie de la transe
Fusion des genres, création de nouvelles formes dansées pour mettre en mouvement un corps/ choeur commun : “le battement des peuples”.
MUSIQUE(S) “Musique et transe”
L’orientation musicale se dirige vers la construction d’un atelier basé sur des instruments traditionnels congolais appelés “Bandi” qui résonnent pour la transe.
Nous avons choisi la transe pour ce qu’elle convoque sur le plan émotionnel et originel.
La transe puise sa force dans le rituel pour devenir une danse.
ARTS PLASTIQUES & SCÉNOGRAPHIE “ Un traitement plastique hybride”
Cet atelier double dirigé par un plasticien et un scénographe proposera au public de tout âge une immersion dans l’art urbain.
Différents thèmes liés au métissage et désordre culturel seront abordés dans les ateliers.
Propositions de travail avec les participants :
Élaboration d’un “kit personnel portable” à utiliser lors de la parade. Ce kit transformable servira, selon sa métamorphose, de pancarte textuelle, miroir urbain ou surface blanche d’écriture permettant le dessin d’esquisses en direct pendant la parade.
Création de 3 chevelures géantes de 6 mètres de hauteur sur ballon gonflable :
Créer un détournement des stéréotypes : coiffures africaine, asiatique, européenne, couleurs de peau... Création de 15 visages tri-métissés de 3 mètres de hauteur sur ballon gonflable :
Ces ballons gonflables (en toile parachute imprimée) révèleront des visages hybrides, résultat du métissage photo-graphique de personnes du public d’origines différentes.
Travail sur le dessin du visage, des différents signes qui le composent, des différentes manières de le représenter.
Expression sur sol :
Un travail plastique sur le sol, à la craie : il s’agira de faire collectivement des dessins sur le sol de la rue avec une chorégraphie de groupe.

Méthodologie de création participative :
Apprendre la position du corps et développer les possibilités motrices et expressives de chaque participant en vue de découvrir le plaisir dans le mouvement dansé.
Développer ses qualités personnelles, jouer avec son corps, prendre contact avec son partenaire, s’inspirer d’images, appréhender le rythme et l’écoute.
Créer un espace de créativité et d’improvisation, développer l’imaginaire, la symbolisation, l’expression, la communication. Improviser et composer une chorégraphie, repérer les difficultés et les solutionner.
Dans chaque atelier, les participants auront une part d’improvisation et de création à l’élaboration du projet sous forme de cadavre exquis.
La création participative se révélera dans les échanges de savoir faire entre individus et communautés pour créer ensemble de nouvelles formes.

Plan du site | Avec le soutien de | Spip |