Quoi ?

L’illégal / Le légal. Entre les deux, un tracé qui crée deux entités. L’une n’existe pas sans l’autre. Intrinsèquement aussi différentes qu’inséparables, ce qui les sépare ne reste pas moins poreux et mouvant.
Nous sommes au pied d’un mur qui apparaît en déployant l’étendue des (con)figurations qui le composent. Il est traversé et séparé. Il se déplace, encercle, écrase, explose. Et si ce mur, cette frontière, qui d’ordinaire n’apparait que s’il y a transgression, et s’il était lui-même frappé d’incongruité ? S’il se mettait à danser, chanter, transgresser en paradant pour provoquer tous ces murs fixes qui garantissent l’ordre urbain ?