Aller au contenu

Bastard.e.s Van Bruxelles

La Parade 2024 sera l’occasion pour Zinneke de renouer avec un des objectifs qui
étaient à l’origine de la Parade en 2000 c’est-à-dire, relier les quartiers décentrés
de BXL avec le centre-Ville. Pour cela, nous avons créé un nouveau concept, les
“Bastard.e.s Van Bruxelles”. Le début d’une nouvelle histoire qui pourrait s’installer
de manière durable dans l’imaginaire collectif des bruxellois.e.s, avec une présence
/ sortie tous les ans. Afin de développer ce concept, nous sommes à la recherche
de partenaires (organisations, collectifs, …) prêts à devenir des “Bastard.e.s van
Bruxelles”.

Les Bastard.e.s Van Bruxelles (tout comme la Zinneke) célèbrent le mélange entre
les humains et revendiquent la bastardise comme un élément central de l’identité
bruxelloise et – pourquoi pas – une éventuelle solution à certains problèmes
societaux.

Les Bastard.e.s Van Bruxelles sont des groupes de personnes qui “adoptent” un
mât pour représenter leur quartier au centre ville lors de la Zinneke Parade du 1er
juin 2024.

Ce sont des mats de 9 mètres (légers à transporter) inspirés de traditions
que l’on retrouve dans différentes cultures à travers le monde, comme la tradition
de “l’arbre de mai / Meyboom” qui offre entre autres la possibilité de créer des
tissages très intéressants.

Le tissage est un symbole universel très approprié pour représenter la rencontre et
le mélange entre humains. Les mâts sont équipés de lanières permettant de faire
un tissage à l’aide d’une danse simple et accessible à tous et toutes.


La Danse des Bastard.e.s est l’action qui réunit tous les mâts sur la place de la
Bourse juste après la Parade avec les Zinnodes.


Pendant une série d’ateliers, les Bastard.e.s Van Bruxelles réfléchissent à ce qui
les réunit dans leur quartier et transforment le mâts à son image. Idéalement ces
ateliers se passent en espace public. Les ateliers sont menés par le partenaire.
Zinneke peut offrir un soutien méthodologique (voir plus bas).


Après la Parade, les Bastard.e.s Van Bruxelles prennent soin de leur mât et lui
trouvent une place ou un rôle dans le quartier avant les prochaines sorties (fête de
quartier, brocante, etc).

Groupes:

Bastard.e.s Van Akarova (PCS Akarova PSC et les habitant.e.s du quartier en buurtbewoners).
Lola Vandevelde, Monica Lucaccioni pour/voor Orfeo, Frédéric Mendes pour/voor l’extrait Slam «Danse encore Akarova», une ode aux habitant.e.s d’Akarova dans le cadre du projet d’exposition / een ode aan de bewoners van Akarova in het kader van het tentoonstellingsproject «Mon Quartier plein de richesses». Bastard.e.s Van Gaucheret (Maison de Quartier Gaucheret buurthuis). Yasser Jaafari & les travailleurs sociaux de rue / de straathoekwerkers. Bastard.e.s Van Marolles (Collectif auQuai, les habitant.e.s / bewoners, Nativitas, Caria) Giada Di trapani; Federica Terracina ; Kristina Ianatchkova. Parfum de couleurs, d’allégresse et d’imprévus. Bastard.e.s Van Berchem / Koekelberg (habitant.e.s / bewoners, Patrimoine à Roulettes, Berchem-Action, PCS Hunderenveld PSC). Centre culturel Archipel 19 Cultureel Centrum, Pauline Dornat. Qu’est-ce qui fait l’identité de nos communes «de l’autre côté du canal» ? Bastard.e.s Van Les Immenses avec/met Cycl.One. Bastard.e.s Van la communauté Cycl.One (Collectif Cycl.One Collectief + artistes satellites et membres adhérent.e.s de la Souplothèque / bijbehorende artiesten en leden van de Souplothèque). Bastard.e.s Van Canal (Kanal) Teresa Sdralevich. Bastard.e.s Van Masui (les métallos de / metaalbewerkers Zinneke). Bastard.e.s Van Park Poétik (+ habitant.e.s de Forest et Saint-Gilles
/ bewoners van Vorst en St-Gillis) Préci Numbi, Cubain Kabeya, Racine Diop. “Ensemble c’est quoi” ? Début d’un rituel évolutif autour de la plurivocalité et du “clash des voyages” Het begin van een ritueel in ontwikkeling rond meerstemmigheid en ‘travel clash’…

Retour en haut